Accompagnement psychologique

Accompagnement psychologique

Cet accompagnement est proposé à l’intérimaire qui vient de subir un accident du travail, ou de vivre un événement traumatisant, dans la vie professionnelle ou privée.

Au retour du salarié à son travail, cette situation peut avoir des répercussions négatives, physiques et/ou psychologiques, dans la sphère professionnelle comme privée.

Si l’intérimaire ressent le besoin d’être aidé, contactez-le ou accompagnez-le pour qu’il appelle AT services au 01 71 255 830.

Suite à son appel :

  • Un coordinateur prendra en compte la demande et le contexte de l’événement.
  • Le coordinateur préviendra ensuite un psychologue de l’IAPR et lui transmettra les coordonnées de l’intérimaire.
  • Le psychologue contactera l’intérimaire et au besoin, organisera un suivi :

– entretiens téléphoniques,

– entretiens en face à face au plus près du lieu de résidence.

 

Ces entretiens sont confidentiels et gratuits.

 

Pourquoi déclencher le service ?

Vous avez connaissance qu’un de vos intérimaires vient de vivre un événement grave dans le cadre professionnel :

  • agression physique, verbale, menace, braquage,
  • accident, blessure,
  • décès, témoin d’un décès, d’un accident grave, témoin d’un suicide ou d’une tentative…

Ou également de situations dans la sphère privée telles que :

  • divorce, rupture,
  • abandon du domicile par le conjoint,
  • violences conjugales,
  • catastrophe naturelle…

Ces situations peuvent avoir un retentissement physique et/ou psychologique, immédiatement ou à retardement et avoir aussi des répercussions sur la sphère sociale et professionnelle (famille, amis, collègues).

Si généralement ces répercussions tendent à s’atténuer dans le temps, les études et témoignages montrent que le recours à l’avis d’un spécialiste favorise la diminution des troubles et le rétablissement de la personne.

Pour qui le mettre en œuvre ?

Le service est mis en œuvre en priorité pour les intérimaires.

Il peut être déclenché pour sa famille proche et également pour les permanents de son agence. Il est ouvert aussi pour les permanents qui dans leur mission professionnelle sont confrontés à des difficultés particulières avec les intérimaires ou candidats à une mission pour leur permettre de mieux faire face à ces difficultés. Il s’agira plus particulièrement de situations de chantage au suicide ou de crises suicidaires.

Quand agir ?

Dès que vous avez connaissance d’une situation évoquée ci-contre, il est important de vous rapprocher de l’intérimaire à plusieurs titres :

  • l’aider dans les démarches administratives au besoin,
  • lui démontrer le soutien de l’agence,
  • lui proposer le recours à un accompagnement psychologique en contactant AT services.
Comment proposer ce service à un intérimaire ?

Dans le cadre de l’échange que vous avez avec l’intérimaire, vous pouvez lui demander :

  • Comment se sent-il après cette situation ?
  • A-t-il constaté des effets sur lui tels que :

– troubles physiques, douleurs, maux persistants,

– troubles du sommeil, cauchemars, insomnies,

– troubles de la concentration, de la mémoire,

– pensées ou ruminations qui tournent en boucle, images récurrentes,

– manifestation anxieuse, peur, boule à l’estomac, difficulté à sortir,

– irritabilité, stress permanent.

 

Ces symptômes sont compréhensibles au regard de ce qu’il a vécu.

En vous appuyant sur les propos tenus et les symptômes évoqués, vous pouvez lui proposer le recours au dispositif d’accompagnement psychologique et lui expliquer son utilité pour faire diminuer ces manifestations désagréables.

Présentation de l’IAPR

L’Institut d’Accompagnement Psychologique et de Ressources est une structure indépendante, créée en janvier 2000 à l’initiative de la GMF et de la RATP.

L’IAPR emploie des psychologues expérimentés et disponibles.

Il s’appuie sur un réseau de plus de 620 psychologues cliniciens libéraux répartis sur toute la France.

Qu’est-ce qu’un psychologue ?

Reconnu par l’État, un psychologue est un professionnel, en charge d’aider les personnes en souffrance ou en difficulté.

  • L’accompagnement a un rôle thérapeutique. Le psychologue est soumis à un code de déontologie qui garantit le respect de la personne et de la confidentialité. Il ne délivre pas d’ordonnance.
  • Un psychologue ne porte pas de jugement ni sur la personne, ni sur ses réactions et ne cherche pas à donner des solutions.
  • L’accompagnement a pour but d’aider la personne à trouver ses propres ressources pour dépasser les conséquences de la situation génératrice des troubles.
Témoignages

Franck, 40 ans, responsable d’agence

« Il y a un mois nous avons été confrontés à un accident dans une équipe, l’un de nos intérimaires a fait une chute qui l’a immobilisé pendant plusieurs semaines, cela aurait pu lui coûter la vie. Suite à cet accident, je sentais bien qu’il allait mal. Je me suis dis qu’il fallait sans plus attendre lui proposer d’en parler avec un psychologue. Aujourd’hui, il va mieux, il a retrouvé confiance et a recommencé à travailler normalement. »

Corinne, 35 ans, mère d’un jeune enfant et victime d’un accident du travail

« Il y a quelque temps, un de mes bras a été happé dans une machine. Pendant plusieurs jours, je suis restée à ruminer le choc de l’accident, je faisais des cauchemars. J’ai eu beaucoup de mal à accepter l’immobilisation de mon bras, surtout l’aspect physique des séquelles et les répercutions que cela a pu avoir dans ma vie privée, surtout ne pas pouvoir m’occuper de mon enfant. Ce suivi m’a permis de faire face au choc et de retrouver une certaine confiance en moi. Je peux de nouveau envisager “l’avenir”. »