Accident du travail / Maladie professionnelle

Accident du travail / Maladie professionnelle

La Sécurité sociale verse, dès le premier jour d’arrêt, des indemnités journalières qui représentent  60 % du salaire journalier de référence (80 % à partir du 29ème jour d’arrêt).

Intérimaires Prévoyance peut compléter ces indemnités de la Sécurité sociale dès le premier jour d’arrêt de travail sous certaines conditions.

Si le salarié intérimaire est en arrêt est d’au moins 25 jours avec 15 jours hors mission, il recevra une avance de 300 € sur ses prestations et ses coordonnées seront transmises au Fastt pour qu’une assistante sociale du Fastt prenne contact avec lui. Elle fera le point sur sa situation et pourra lui apporter un soutien personnalisé. Elle l’aidera dans ses démarches administratives auprès des organismes sociaux (Assedic, Caf, Cpam…) pour qu’il puisse accéder aux différentes prestations sociales.

 

ConditionsDémarchesGarantiesFAQ
Survenance de l’arrêt de travail
  • Être en mission
  • Avoir adressé une déclaration d’accident du travail sous 48h à son agence
  • Être pris en charge par la Sécurité sociale au titre de l’accident de travail
Conditions d’heures
  • Pas de condition d’heure
Délai de carence
  • 0 jour
Indemnisation au-delà de la date de fin de mission
  • Pas d’autre condition

Vous devez déclarer l’arrêt de travail de votre salarié intérimaire à Intérimaires Prévoyance.

Le service social du Fastt peut l’accompagner dans ses démarches sociales et de santé au 01 71 255 830.

Consultez à tout moment l’avancement de son dossier dans votre Espace entreprise.

Montant de l’indemnisation pendant la mission

Intérimaires non cadres

  • 50 % du salaire de base* pendant les 30 premiers jours d’indemnisation
  • puis 25 % du salaire de base*

Intérimaires cadres

  • 50 % du salaire de base* T1 et 100 % du salaire de base* T2 pendant les 30 premiers jours d’indemnisation
  • puis 25 % du salaire de base* T1 et 75 % du salaire de base* T2

* Brut pendant la mission, net hors mission.

Par salaire de base de la mission, il y a lieu d’entendre le salaire brut qu’aurait perçu le salarié, s’il avait effectivement travaillé, calculé au jour de l’arrêt de travail, en fonction de la durée du travail prévue au contrat de mission. Le salaire brut comprend le salaire brut horaire de base, le cas échéant l’indemnité de fin de mission (IFM) et l’indemnité compensatrice de congés payés (ICCP), les primes présentant un caractère de généralité, de constance et de fixité (par exemple 13ème mois) ainsi que les primes et indemnités liées aux conditions de travail (par exemple : prime de froid) et à la durée du travail, à l’exception des remboursements de frais.

Pour le salarié en CDII, il s’agit du salaire de la dernière mission.

 

La totalité des indemnités que vous percevrez (indemnités journalières de la Sécurité sociale et indemnités complémentaires) ne peut excéder 100 % du salaire net de votre dernière mission.

Le nombre de jours indemnisés maximum sur 12 mois pour la prise en charge d’un nouvel arrêt est de 150 jours d’indemnisation.

Pour des informations précises sur les garanties, consultez les tableaux de garanties ci-contre.

Allocation forfaitaire pour garde d’enfant

En cas d’hospitalisation, le salarié intérimaire bénéficie d’une allocation forfaitaire pour garde d’enfant sous réserve de remplir les conditions suivantes :

  • Avoir un (ou plusieurs) enfant(s) à charge âgé(s) de 16 ans au plus,
  • Etre hospitalisé pour plus d’un jour,
  • Etre indemnisé au titre des garanties Accident du Travail / Maladie professionnelle.

Pour des informations précises sur les garanties, consultez les tableaux de garanties ci-contre.

Comment déclarer un arrêt de travail ?

Intérimaires Prévoyance propose 3 modes de déclaration d’arrêts de travail :
1.Par transfert de fichiers
Intérimaires Prévoyance peut fournir un cahier des charges de description du fichier.
2. Par déclaration dans votre espace clients via Juliett
3. Pour les entreprises n’ayant pas de compte, en utilisant l’espace ouvert à tous
A noter : Vous devez déclarer tous les arrêts suite à accident du travail/accident de trajet et uniquement les arrêts maladie de plus de 3 jours, compte-tenu de l’application du délai de carence.